Répondre à : Gestion des énergies renouvelables variables – études de cas (SEL 15 oct 2020)

Bienvenue sur l’Académie virtuelle du développement durable Forums Séminaires en ligne (SEL) Gestion des énergies renouvelables variables – études de cas (SEL 15 oct 2020) Répondre à : Gestion des énergies renouvelables variables – études de cas (SEL 15 oct 2020)

#17912
Modérateur IFDD
Modérateur

Et pour continuer, des QUESTIONS ET RÉPONSES ADDITIONNELLES par les différents experts.

QUESTION : Pour le stockage, sauf erreur de ma part, les panelistes n’ont pas parlé des Station de Transfert d’Energie par pompage (STEP) qui stocke l’énergie par pompage électrique dans une retenue d’eau supérieure et utilise cette eau pour tourner les turbines en période de demande. Que pensez-vous de cette option ?
AS : Les STEP sont des centrales hydroélectriques. Du point de vue de leur principe de fonctionnement et des services rendus au réseau lors de pointes de consommation, elles peuvent être vue comme un moyen de stocker indirectement l’électricité grace à l’énergie mécanique. Les STEP ne sont pas facilement déployables (différence d’altitude et proximité entre les deux réservoirs, localisation dans les chaines de montagnes).
DOG : Du côté d’Hydro-Québec, nous avons un vaste parc de centrale hydro-électriques à réservoirs et ces réservoirs servent donc à ‘’stocker’’ l’eau en amont de la centrale, nous n’avons donc pas recours à des STEP. Par contre, la STEP est une autre solution de stockage d’énergie qui, selon la situation, peut être très intéressante.

Q : Pouvez-vous donner des exemples de pays qui intègrent un grand taux d’énergies variables dans leurs réseaux?
R : Nous vous recommandons les rapports suivants
– 9 études de cas (Danemark, Australie, Uruguay, Allemagne, Irlande, Espagne, États-Unis, Inde) https://ieefa.org/ieefa-report-now-nine-case-studies-electricity-markets-leading-transition-wind-solar/ (en anglais)
– Rapport du Conseil Européen des Régulateurs de l’Energie (CEER) sur la stabilité des réseaux https://www.revolution-energetique.com/les-energies-renouvelables-intermittentes-ne-perturbent-pas-les-reseaux/
– N’hésitez pas à compléter avec d’autres éléments de réponse

Q : Est-il déjà possible pour chaque consommateur au Senégal de produire son electricité et de l’injecter sur le reseau? Et au Québec? Dans les autres pays couverts par le PMED?
AS : Au Sénégal, il est bien possible pour chaque particulier ou industriel d’autoconsomer l’électricité et même vendre le surplus sur le réseau. Pour en savoir plus, je recommande de consulter la « Décision 2018-09 relative aux prix d’achat de l’énergie électrique d’origine renouvelable résultant d’une production pour consommation propre ».
DOG : Au Québec, c’est possible de le faire. Il y a des règles à suivre pour l’intégration de ces ressources dites ‘’derrière le compteur’’ afin d’assurer que les installations sont conformes à l’encadrement en vigueur (Hydro-Québec demande entre autre des rapports de mise en service effectués par un maître électricien). Les consommateurs peuvent également être compensés pour les kWh injectés sur le réseau.

Q : Comment les impacts environnementaux et sociaux ont-ils été pris en compte dans vos projets?
DOG : Pour le projet Mégantic, étant donné la situation énergétique au Québec (99% d’énergie verte), il était primordial que le projet de microréseau n’intègre pas de sources d’énergies non-renouvelables comme on le voit dans plusieurs microréseaux ailleurs dans le monde. Nous avons donc conçu une solution sans source d’énergie non-renouvelable (à terme du projet).
Du côté social, le projet s’est fait en partenariat avec la communauté dès le départ. La communauté (ville, citoyens, entreprises locales, etc.) a été impliquées et nous a accompagnée tout au long du projet ça été un facteur déterminant dans la réussite du projet. Un projet de la sorte ne peut pas être réussi sans s’assurer qu’il répond aux besoins et attentes de la communauté dans laquelle il s’inscrit.

Q : Avez-vous fait une analyse du cycle de vie pour évaluer les résultats d’indicateurs environnementaux de vos projets ? (Par ex. : Choix du système de stockage selon les empreintes environnementales des différentes technologies, …) ?
DOG : Non, ce n’était pas requis dans le cadre de notre projet vu la situation et les objectifs visés par le projet.