Mesure des impacts de l’électrification rurale (SEL 18 juin 2020)

Bienvenue sur l’Académie virtuelle du développement durable Forums Séminaires en ligne (SEL) Mesure des impacts de l’électrification rurale (SEL 18 juin 2020)

Vous lisez 4 fils de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #14671
      Modérateur IFDD
      Modérateur

      Bonjour,

      Nous insérerons ici les éléments de réponse aux questions qui n’ont pu être traitées en direct lors du séminaire en ligne du 18 juin sur la mesure des effets et des impacts de l’électrification rurale.

      En attendant, nous vous invitons à consulter les séminaires passés.

      N’hésitez pas à partager vos réflexions!

      À bientôt.

    • #14721
      Modérateur IFDD
      Modérateur

      Bonne nouvelle!

      L’enregistrement et les diapositives du séminaire du 18 juin sont maintenant disponibles en ligne: https://formation.ifdd.francophonie.org/les-impacts-de-lelectrification-rurale-pourquoi-et-comment-les-mesurer/

      Par ailleurs, suite aux questions posées par plusieurs d’entre vous pendant le séminaire en ligne, nous vous annonçons qu’une fiche PRISME de l’IFDD sur les méthodologies d’évaluation des effets et impacts socio-économiques des projets d’électrification rurale sera publiée d’ici la fin de l’année. Elle permettra d’approfondir les questions de méthodes abordées dans le SEL du 18 juin.

      Pour terminer, les réponses à vos questions non traitées en direct seront publiées ici dans quelques jours, consultez régulièrement ce forum, et n’hésitez pas à partager vos commentaires!

      IFDD

    • #14747
      Modérateur IFDD
      Modérateur

      Voici les QUESTIONS ET RÉPONSES ADDITIONNELLES SUR LE PROJET CAFÉ LUMIÈRE.
      Les réponses sont apportées par Charlotte Scouflaire et Michel Labrousse, d’Électriciens sans Frontières (ESF).

      Nous vous rappelons que seules les questions non traitées en direct sont incluses ici; nous ne répétons pas ce qui a été discuté pendant la période de discussion avec les experts, disponible dans l’enregistrement YouTube et les diapositives.

      Question : Où trouver plus d’information sur ESF? Dans quels pays ESF est-elle active? Comment en savoir plus sur le projet Café-Lumière?
      Réponse ESF : Site et pays d’intervention de ESF: Voir https://electriciens-sans-frontieres.org/
      Site de Café Lumière : http://www.cafe-lumiere-madagascar.org
      (ces liens sont aussi dans les diapositives)
      Voici aussi des films qui présentent Café Lumière :
      Café-Lumière-Madagascar_Principe-Fr : Visible sur YouTube
      Café-Lumière-Madagascar_1-fr : Visible sur YouTube
      Café-Lumière-Août-19 : Visible sur Google Photos

      Q : Le projet Café-Lumière est-il réplicable à tout type d’environnement / de village? Ou bien requiert-il des conditions spécifiques?
      R : Café Lumière est une “Alternative Plus” à l’électrification rurale conventionnelle. Le modèle a pour objectif de fournir de l’électricité et des services à tous les membres d’une communauté rurale. Il est réplicable mais doit s’adapter aux conditions socio-économiques du site envisagé. Ce n’est pas un “container” que l’on dépose, c’est une installation conçue et construite en étroite collaboration avec les habitants et les autorités locales et nationales.

      Q : Quelles sont les mesures prises pour la pérennisation des Cafés Lumière?
      R : Café Lumière fournit de l’électricité et des services à tous et les acteurs locaux sont à terme en capacité d’assurer la gestion et l’entretient de manière pérenne après un transfert de compétence réussi et à la suite d’une bonne intégration règlementaire.

      Q : Le projet Café Lumière a pour approche un prix de vente de l’énergie indexé au consentement à payer des clients …. Comment est vérifiée la capacité financière réelle des clients?
      R : Des enquêtes préalables (focus group) sont réalisées pour définir les services attendus et le consentement à payer des consommateurs. Café Lumière vend de l’électricité mais aussi des services (recharge, réfrigération, machines, etc.). Le délégataire en charge de la commercialisation de l’électricité et des services ajuste les prix pour répondre à l’attente des clients.
      Par ailleurs, en ce qui concerne l’enquête menée dans le cadre de l’enquête destinée à définir l’enquête “Base line”, les questionnaires ménages s’intéressent aux comportements de consommation des ménages. La présentation prenait l’exemple de l’utilisation des décortiqueuses et le coût moyen : ces données sont issues des réponses au questionnaire. De la même manière, nous interrogeons les ménages sur leurs comportements d’éclairage et le coût associé. Ces données peuvent être comparées avec celles récoltées par l’équipe projet lors de focus groupes.

      Q : La double différence ne peut être fiable que si aucun autre projet n’intervient dans l’un ou l’autre des villages sélectionnés lors du processus. N’est-ce pas?
      R : En effet, l’identification peut s’avérer plus compliquée si un autre projet intervient dans une localité de contrôle. Au demeurant, on peut imaginer qu’il s’agit là d’une évolution normale des choses : si les localités où le Café Lumière a été installé n’avaient pas été retenues, elles auraient peut-être été sélectionnées dans le cadre d’un autre projet d’électrification.

      Q: Quels sont les indicateurs assignés à la satisfaction des bénéficiaires du projet?
      R : L’enquête ménage, à ce stade (avant intervention), ne s’intéresse pas directement à la satisfaction par rapport au Café Lumière. A ce stade, ce sont les chiffres commerciaux du Café Lumière qui nous donnent une indication sur son succès auprès des populations, et donc leur satisfaction.
      La question de la satisfaction relève donc plutôt du projet et du délégataire plutôt que de l’évaluation d’impact. Savoir si l’éclairage électrique est diffusé par nécessité, parce que c’est moins cher ou parce que le vendeur est sympa n’est pas vraiment l’objet de l’étude d’impact… Dans l’évaluation d’impact, nous considérons simplement les changements de mode de vie qui résultent de l’implantation du Café Lumière « en l’état ».

      Q : Comment évaluer les effets qualitatifs/impacts sociaux comme le confort de séjour, le sentiment d’accoucher dans un environnement sécurisé (à la lumière), la contribution à l’amélioration de la fréquentation (et donc des recettes) d’un centre de santé bénéficiant d’une électrification solaire ?
      R : En effet, l’enquête ménage regarde principalement des éléments quantifiables. Il y a par exemple des questions concernent la santé des membres du ménage et le lieu d’accouchement des femmes (électrifié ou non). Il s’agira ensuite de regarder si les changements en termes de santé ou de maternité sont effectivement imputables à l’implantation du café lumière ou non.

      Q: Où trouver des exemples d’enquêtes?
      R : Voici un exemple de la Banque mondiale  https://microdata.worldbank.org/index.php/catalog/lsms

      Q : Dans le cadre des études, nous avons très souvent été confrontés à des informations erronées venant des institutions étatiques (par exemple, sur les centres de santé, les écoles), dans la mesure ou les données ne sont très souvent pas mises à jour. Que faire?
      R : Le projet concerne aujourd’hui 6 localités dans lesquelles sont implantées des installations Café Lumière (plus 6 localités témoins). Nous n’avons pas cherché à avoir une vision exhaustive de l’équipement des centres de santé et des écoles de l’ensemble du pays… l’inventaire des 5 centres de santé et des 8 écoles a été facile à réaliser sur le terrain, de même que la définition des attentes du personnel attaché à ces infrastructures sociales. Nous ne dépendons pas des statistiques de l’Etat.

      Q : Est-ce que ESF priorise des projets plutôt que d’autres sur la base des impacts et effets attendus? Si oui, comment faites-vous cette étude préliminaire?
      R : Café Lumière est un projet très particulier au sein d’ESF, c’est une “opération de démonstration”, financée par des bailleurs internationaux (l’AFD et des fondations) qui doit conduire à dupliquer le modèle à Madagascar et dans d’autres pays d’Afrique subsaharienne (actuellement un autre projet Café Lumière est en cours au Bénin).
      ESF intervient en général à la demande des habitants et des autorités d’une localité, il n’est pas nécessaire de “prioriser” les projets, implicitement il est acquis que les infrastructures sur lesquelles nous intervenons principalement (santé, éducation, adduction d’eau) auront des impacts positifs très significatifs sur les conditions de vie des populations bénéficiaires.

      Q : Comment mesurer les émissions de gaz à effet de serre évitées?
      R : Les projets mis en œuvre par ESF concernent un nombre limité d’infrastructures et des populations relativement peu nombreuses. L’impact environnemental est positif, en particulier pour ce qui concerne la baisse des émissions de GES, mais ce n’est pas encore un critère pris en compte. Café Lumière concerne, à terme, un nombre d’infrastructures substantiel. Le bilan GES sera réalisé lorsque les installations auront atteint un niveau d’activité suffisant, à partir de 2021-2022.

      Q : Les communautés n’ont-elles pas aussi besoin de savoir quels sont les effets ? Comment les informez-vous?
      R : Le maire et son conseil municipal sont pleinement associé à la conception, à la réalisation et à l’exploitation de Café Lumière. C’est un principe essentiel du modèle. Mais cela demande du temps et nous sommes encore en période d’apprentissage… c’est l’objectif d’une “opération de démonstration” qui permet de tester la technique mais aussi d’éclairer sur la dimension socio-économique et de définir le mode de “gouvernance” à créer. D’autres acteurs sont pleinement partie prenante, tout particulièrement l’ADER, agence de développement de l’électrification rurale à Madagascar.

      Q : Voici un exemple d’impact négatif sur le social : Dépravation de mœurs due à la création de nouvelles activités comme les centres de loisirs, les lieux de danse nocturne…
      R : L’accès aux services électriques peut avoir des impacts qui ne sont pas tous ceux que l’on espérait (santé améliorée, enseignement plus efficace, sécurité renforcée, etc.). Oui, l’électricité sert à conserver les vaccins mais aussi à rafraichir les bières. L’électricité facilite l’apprentissage des langues grâce à l’ordinateur, mais aussi à projeter des vidéos qui ne sont pas toutes à caractère éducatif. Est-ce une raison pour bannir l’électricité des villages ? Nous pensons au contraire qu’en s’ouvrant à la “modernité” la communauté verra ses conditions de vie s’améliorer (ce que nous attendons de l’étude des impacts qui a été présentée) et qu’elle saura trouver le bon équilibre dans les activités qui s’offrent ainsi à elle.
      Mention toute particulière pour les femmes. L’électricité permet de substituer au pilonnage manuel des céréales des décortiqueuses ou broyeurs électrique, ce qui libère du temps pour les femmes et leur épargne de la fatigue, elles peuvent ainsi mener à bien d’autres activités, une meilleure prise en charge des enfants par exemple. Les exemples abondent. Nous serons très attentifs aux résultats de l’étude d’impact qui mettra vraisemblablement en évidence le contraste des bénéfices selon les genres.

       

    • #14750
      Modérateur IFDD
      Modérateur

      Voici les QUESTIONS ET RÉPONSES ADDITIONNELLES SUR LES ACTIVITÉS DE L’AMADER.
      Les réponses sont apportées par Mme Traoré Kaltoumi Ali Béidari Diallo, de l’Agence malienne pour le développement de l’énergie domestique et l’électrification rurale (AMADER).

      Nous vous rappelons que seules les questions non traitées en direct sont incluses ici; nous ne répétons pas ce qui a été discuté pendant la période de discussion avec les experts, disponible dans l’enregistrement YouTube et les diapositives.

      QUESTION : Est-ce que l’AMADER priorise des projets plutôt que d’autres, sur la base des impacts et effets attendus ? Si oui, comment faites-vous cette étude préliminaire ?
      RÉPONSE AMADER : L’AMADER fait l’électrification, les projets sont projets d’installation de centrale. Les projets d’ENR (Centrales hybrides solaires PV/diesels, Centrales solaires PV) sont priorises / aux projets des centrales thermiques. Dans les deux cas, la réalisation d’une étude préliminaire est nécessaire.
      Ladite étude est réalisée sur un échantillon. Par exemple pour le projet SHER l’étude est réalisée sur un échantillon représentatif de 2 000 consommateurs ruraux 2000

      Q : Pourriez-vous nous en dire plus sur pourquoi l’électrification rurale est si importante pour les femmes ? Quels effets spécifiques sont attendus pour les femmes ?
      R : L’électrification rurale est un facteur important d’apparition d’activités rémunératrices, qui peuvent influer considérablement sur l’amélioration du niveau de vie des hommes et des femmes vivant dans des communes rurales ainsi que des organisations féminines, qui peuvent exercer des activités nécessitant une grande quantité de temps ou de travail manuel, et qui seront susceptibles de bénéficier d’une mécanisation de leurs activités.
      L’accès à l’électricité améliore leurs conditions de vie :
      – développe le niveau de formation, de l’éducation et l’accès à l’information et à la formation ;
      – l’électricité rend opérationnel tout appareillage électrique médical et améliore ainsi le diagnostic et les soins, permet aisément de réaliser des interventions nocturnes (opérations chirurgicales, accouchements) par un meilleur niveau d’éclairage et aussi de conserver au froid les sérums, les vaccins et d’autres produits pharmaceutiques nécessitant une conservation à basse température ;
      – réduction de temps de corvées domestiques avec l’utilisation des moulins/décortiqueuses ;
      – augmentation du taux de scolarisation des filles avec la diminution du temps des travaux domestiques et l’éclairage.
      – acquisition d’un certain nombre d’équipements électroménagers ;
      – sortir des femmes dans l’informel avec l’utilisation des TIC (téléphone , Cellulaires, radio et télévision……)
      – amélioration de leur niveau de vie avec la création des AGR qui procurent aux femmes d’énormes revenus : petits commerces, Restaurant, Cabine téléphonique, vente de l’eau glacée, glace, jus, lait, sirop, etc.

      Q : Comment évaluer les effets qualitatifs/impacts sociaux comme le confort de séjour, le sentiment d’accoucher dans un environnement sécurisé (à la lumière), la contribution à l’amélioration de la fréquentation (et donc des recettes) d’un centre de santé bénéficiant d’une électrification solaire ?
      R : Les effets qualitatifs/impacts sociaux sont évalués par des études/enquêtes de l’impacts.

      Q : Les communautés n’ont-elles pas aussi besoin de savoir quels sont les effets ? Comment les informez-vous ?
      R : Les communautés doivent aussi savoir les impacts/effets de l’ER. Les communautés sont informées en organisant des IEC dans les localités concernées.

    • #14793
      Modérateur IFDD
      Modérateur

      Voici les QUESTIONS ET RÉPONSES ADDITIONNELLES SUR LE CLUB-ER.
      Les réponses sont apportées par Hary Andriantavy, du Club-ER.

      Nous vous rappelons que seules les questions non traitées en direct sont incluses ici; nous ne répétons pas ce qui a été discuté pendant la période de discussion avec les experts, disponible dans l’enregistrement YouTube et les diapositives.

      QUESTION : Comment devenir membre du CLUB-ER?
      RÉPONSE CLUB-ER : Pour adhérer au CLUB-ER, veuillez nous envoyer votre demande au secretariat@club-er.org, nous nous ferons le plaisir de vous répondre.

      Q : Calibrage de l’indicateur… Comment actualiser l’indicateur en fonction de la modification substantielle des conditions initiales de la zone d’étude (crise politique ou sociale, sécheresse non prévue, inondation, Covid-19)?
      R : Les valeurs des indicateurs sont à mesurer sans tenir compte des facteurs externes qui auraient pu les améliorer ou les aggraver. Elles s’apprécient avec le contexte de son environnement au moment de sa mesure., d’où l’importance de son étude quantitative et qualitative. Et, l’analyse doit être contextualisée.

      Q : Je n’ai pas bien saisi la différence entre impacts et effets. Pourriez-vous revenir sur le sujet? Par exemple, sur une des diapos (avec les ODDs), il est mentionné “accès à l’électricité” sur thème “impact” et “accès à la ressource en eau” sur thème “effets”. Je ne vois pas trop de différence en fait.
      R : Il est vrai, la différence entre impact et effet est assez subtile.
      Les impacts sont les résultats issus directement du projet. S’il s’agit d’une électrification rurale, ce qui vient juste après l’action ce sont les clients raccordés. Les indicateurs utilisés sont donc le taux d’accès à l’électricité ou le taux de couverture.
      Les effets sont les résultats indus par le projet. L’augmentation de revenu dans les localités électrifiées sont les effets indus de l’électrification rurale. On suppose (estime) que c’est parce qu’on a électrifié la localité que le revenu des gens a augmenté. Bien entendu, la variation de ces revenus peut aussi être indue par d’autres projets ; le ministère de l’artisanat a encadré les artisans locaux.

      Q : Quel est le rôle des opérateurs privés dans les évaluations?
      R : Dans la plupart des pays, l’activité opérationnelle de l’électrification rurale est confiée au privée. De ce fait, ils détiennent les statistiques notamment les nombre d’abonnés, la liste des localités électrifiées, … De par leur rapport, l’agence d’électrification rurale et le ministère en charge de l’accès à l’énergie peuvent calculer la valeur des indicateurs à un instant t.

      Q : Comment mesurer les émissions de gaz à effet de serre évitées?
      R : Un standard et une méthodologie homologués par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) cadrent la procédure de mesure des émissions de gaz à effet de serre. Ces standards et méthodologies sont disponibles sur le site http://www.cdm.unfcc.int

      Q : Comment évaluer les effets qualitatifs/impacts sociaux comme le confort de séjour, le sentiment d’accoucher dans un environnement sécurisé (à la lumière), la contribution à l’amélioration de la fréquentation (et donc des recettes) d’un centre de santé bénéficiant d’une électrification solaire ?
      R : Comme mentionné durant le SEL, il est important de bien définir les impacts et les effets à mesurer. Les indicateurs associés doivent aussi être bien définis et calibrer.
      Pour les évaluer, il y a lieu par exemple de dresser une série de questionnaires qui peut être communautaire, par ménage et individuel. Bien entendu, l’analyse et l’interprétation des réponses obtenues doivent être corroborées à des données statistiques.

Vous lisez 4 fils de discussion
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

1 réflexion sur “Mesure des impacts de l’électrification rurale (SEL 18 juin 2020)”

  1. Ping : Les impacts de l’électrification rurale : pourquoi et comment les mesurer – Académie virtuelle du développement durable